RSS

De la Turquie à l’Iran !

08 Jan

Mardi soir, 20h, ou jeudi soir 22h : deux trains par semaine entre Van en Turquie et Tabriz en Iran. Celui du jeudi arrive d’Ankara et va jusqu’à Téhéran il me semble, mais le nôtre se contentait de ce « petit » tronçon.

Un train couchette… rempli d’hommes. Dans la foule qui attendait l’ouverture des portes, je distingue une seule autre femme. Ça promet ! Mais on avait à peine grimpé les marches qu’un officier vérifie nos billets et nous prend en charge : nous voilà à traverser 4 wagons de suite, l’officier créant un chemin franc (et un peu brutal) dans la foule entassée dans les corridors. Laissez passer, voici venir les touristes !

Et l’officier nous laissa dans un compartiment pour nous tous seuls, pas loin du personnel du train (qui s’est mis à dire « non non ! » à chaque fois que quelqu’un ouvrait la porte. Et l’officier de se mettre sur le quai pas loin de notre fenêtre pour nous demander de temps en temps d’un signe de la tête si tout allait bien. Un compartiment de 6 couchettes pour nous 2 ? Oui, oui, tout roule ! Ah, ces Kurdes… :)

**********

Le trajet dure environ 10 heures, dans une cabine pas très chauffée, avec 2 arrêts. Le premier à Kadikoy, à la frontière turque, où l’on a dû sortir dans le froid glacial pour recevoir notre tampon de sortie. Et un autre, à la frontière iranienne, où leurs officiers sont montés, ont collectés les passeports de tout le monde et les ont tamponnés un par un dans le train qui avait repris sa route, avant de nous les redonner une heure plus tard. Il fallait avoir confiance quand on a senti le train redémarrer et qu’on ne savait pas où étaient les passeports…

L’arrivée à Tabriz s’est faite sans encombre. Beaucoup des gars du train camouflaient des objets dans leur t-shirt pour passer la douane (à cause des sanctions internationales ?), et la file était longue pour la douane. Mais j’ai vu une femme passer devant tous les hommes et se faire prendre en priorité, elle et son mari. Je fais signe à Ferdi, dépasse les 20 gars et leurs gros bagages devant nous, ait le temps d’entendre un engueuler un autre parce qu’il me bloque le passage, et voilà, on nous fait entrer direct. Les joies d’être une femme en Iran :)

Bien sûr, j’avais déjà enfilé mon écharpe sur ma tête à ce moment-là : le port du voile est obligatoire par la loi. Mais bon, ça faisait 2 semaines que je me trimballais avec un bonnet sur la tête alors ça ne faisait pas beaucoup de différence ! :)

Le temps d’échanger quelques sous à la banque (et d’entendre le banquier nous conseiller de changer 20 euros seulement parce que leurs tarifs sont trop mauvais :p), et nous voilà à prendre le taxi. Direction : Tabriz, et nos aventures iraniennes !

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 8 janvier 2013 dans Iran, Turquie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :