RSS

Histoire de sous

09 Jan

Arrivés à 8 heures du matin à la gare, c’est l’heure de toutes les découvertes. Les gens qui ne parlent presque pas Anglais. Les prix qui nous paraissent exorbitants. Les rues un peu grises dans la lueur du matin. Il nous faudra une bonne sieste jusqu’à 13 heures pour trouver le courage d’aller découvrir notre ville et comprendre ce qui nous entoure.

Les prix en Iran défient toute logique le premier jour. A la banque de la gare, nous avions échangé 20€ (au cri du cœur du banquier qui nous avait dit : « Ne changez pas plus, allez en ville, vous aurez de bien meilleurs taux de change au bazar ! »). Et effectivement, le taux de change officiel (banque) et le taux de change du marché réel (bazars et bureaux de change) sont drastiquement différents !

A la banque, 1€ vous donne environ 16 000 rials. Au bazar, ce même euro vous est échangé contre 40 000 rials. 2,5 fois plus ! Autant dire qu’une chambre assez minable qu’on croyait nous coûter 11€ nous coûtait en fait 4,5€. De quoi rire ! Et plaindre les pauvres touristes qui n’ont pas fait leurs devoirs de préparation et échangent leur monnaie à la banque uniquement.

PS super important : en Iran, les cartes de débit et crédit étrangères ne marchent pas : impossible de payer par carte ou de retirer des sous au distributeur automatique. Il faut impérativement amener tout l’argent dont on a besoin en liquide, sous peine de devoir 1/ emprunter de l’argent, 2/ dépendre de l’hospitalité iranienne, et 3/ sortir du pays très très rapidement.

Un séjour de 2 semaines revient entre 200 et 400 euros par personne au niveau de change actuel, selon le niveau de vie souhaité. Ça dépend surtout de la qualité de l’hôtel (salle de bain incluse ou non, petit-déjeuner inclus ou non, qualité/propreté générale de la chambre, etc.) et de la nourriture (falafel : 15-20,000 rials. Poulet casenjun dans un restau huppé : 150-200,000 rials). Les transports sont ridicules tellement ils ne sont pas chers : 4,5€ pour un trajet de 10 heures dans un bus VIP où on vous sert à boire et des biscuits.

Avec tous ces zéros en trop, les Iraniens préfèrent parler en « tomans » : un toman est égal à 10 rials. Donc 20,000 rials se dit en fait « 2000 » (oui, ils enlèvent le nom de la catégorie après, super pratique). Et comme 2000 c’est toujours trop long, on se contente de dire « deux ». Les chauffeurs de taxi parlent tous en doigts levés : 4 doigts = 4000 tomans = 40,000 rials = 1 euros. Facile ! :p

C’est un peu casse-tête mais bon… On s’y fait à la longue.

Le conseil le plus important : si ça vous paraît trop bon marché, genre l’affaire du siècle, c’est que vous avez probablement oublié un zéro :)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 9 janvier 2013 dans Iran

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :