RSS

Toudeshk, la vie dans le désert

29 Jan

Après 3 jours à Esfahan, il était temps de reprendre la route ! Et autant il est facile de visiter les grandes villes, autant j’essaye toujours de passer par un ou deux villages, pour observer de plus près la vie du pays sous un autre jour. Après tout, les villes finissent par toutes se ressembler un peu.

Le village choisi, c’était Toudeshk Cho, un hameau à 1h / 1h30 d’Esfahan. Le nouveau village de Toudeshk est à 3-5km à l’ouest, caché derrière une colline, mais tous les visiteurs se contentent d’appeler le vieux village Toudeshk lui aussi. C’est tellement plus court ;)

Pourquoi Toudeshk ? Parce qu’il y a une maison « chez l’habitant » dans ce village, tenue par Mohammed et sa famille. C’est à faire, et en même temps, c’est relativement cher : 20$ par personne par nuit, pour la pension complète, donc 40$ pour deux. Les hôtels ont leur prix en rials, donc le prix en dollars a diminué (500,000 rials valaient, disons, 50$ et en valent maintenant 17), alors que Mohammed a son prix en dollars, donc le prix en rials a augmenté. Mais la découverte du village lui-même, les explications sur les maisons, et le fait d’être les seuls étrangers à des dizaines (si ce n’est centaines) de kilomètres à la ronde, c’est quant même cool :)

Mohammed nous a fait une visite guidée. Je vous emmène ?

Réservoir d'eau

Réservoir d’eau

Le réservoir d’eau : les tunnels viennent des montagnes et passent à 20-50m de profondeur. Les réservoirs ont donc un long escalier sur un côté, pour permettre de descendre sous terre. L’entrée était souvent un lieu social, puisqu’il y faisait plus frais. Les deux cheminées sont des « cheminées à vent » avec des ouvertures sur les 4 côtés : le vent « frais » s’y engouffre et chasse l’air chaud du réservoir, selon la technique de « l’air chaud monte, l’air froid descend ». On trouve ces cheminées un peu partout dans la région, dans les réservoirs et les maisons des riches marchands. Elles permettaient même de conserver la glace !

DSCN6567

Dans le village

Je suis un peu fascinée par les portes en bois :)

Construction des murs

Construction des murs

Les murs étaient construits par étapes. Les briques sont en faites en terre et séchées au soleil, après quoi elles sont empilées les unes sur les autres, avec une espèce de boue comme ciment. Tous les 80 cm, ils laissaient le mur se tasser pendant quelques jours, afin d’éviter les complications plus tard. On peut clairement voir les rangées de 80 cm sur la photo. Ils recouvraient ensuite le mur de torchis, pour protéger le « ciment de boue » entre les briques.

PS: oui, c’est bien de la neige toute fraîche et croustillante sur la photo :)

Toudeshk

Toudeshk

Les villages étant très isolés, certaines des maisons avaient construit des tours de guet comme celles-ci, pour se protéger des brigands et des ennemis. Ce village date d’il y a environ 500 ans, si je ne me trompe pas…

Heurtoirs

Heurtoirs

Une invention du coin : les heurtoirs différenciés. Ces deux heurtoirs produisent un son différent : l’un est utilisé par les hommes, l’autres par les femmes. Cela permettait aux habitants de la maison de savoir qui envoyer à la porte (ou si les femmes devaient se couvrir lors de l’arrivée d’un visiteur masculin). Alors, lequel est lequel ? Là où c’est vraiment comique (et en opposition totale à la pudeur du voile, si vous voulez mon avis), c’est qu’ils ont conçu les heurtoirs comme un symbole des organes génitaux de la personne concernée. Donc oui, à gauche c’est le heurtoir des gars, et à droite celui des femmes. Je trippe. Et ça se trouve partout, dans toutes les villes et villages du désert.

Maison traditionnelle

Maison traditionnelle

Chaque maison avait une ou deux cours intérieures, autour desquelles s’organisaient les différentes pièces. Mohammed vient d’acheter cette maison, qui comprend 12 pièces, pour 7000 dollars américains. La rénovation devrait lui revenir à 6000 dollars. Une fois que ce sera terminé, ce sera vraiment une belle maison, on peut en voir tout le potentiel !

Les toits de Toudeshk

Les toits de Toudeshk

Les toits sont parsemés de petits dômes. Leur fonction est double : 1/ renforcer la structure en cas de tremblements de terre, car les dômes sont plus solides qu’un toit plat. 2/ donner un peu d’ombre. Comme on le voit sur la photo, le dôme permet de créer une petite zone d’ombre sur un côté, tout au long de la journée, au contraire d’un toit plat. Et dans le désert, en été, avoir 10% d’ombre sur le toit au lieu de 0%, ça fait une différence. Petite, mais importante !

Le désert

Le désert

Toudeshk est situé au milieu du désert, entre deux routes nationales qui servent plus ou moins « d’autoroutes » (relativement peu fréquentées !). Mais ce n’est pas le désert de dunes comme on l’imagine en Europe : le « désert », ça veut juste dire « aride » après tout. Ici, c’est ras, c’est sec, et oui il neige quand même dans les montagnes. Ca n’arrive pas très souvent, mais on était là au bon moment :)

Vue sur Toudeshk

Vue sur Toudeshk

Avec Ferdi, on est monté sur la colline qui surplombe Toudeshk pour voir le coucher de soleil. Voilà la vue sur le village (qui se traverse en 5 minutes d’un bout à l’autre) à 17h…

Vue sur Toudeshk

Vue sur Toudeshk

Et voilà la vue 30 minutes plus tard. La neige rosie par le soleil derrière nous, la pleine lune qui se lève, et le village qui plonge dans le noir. Un des moments les plus magiques (mais très froids) de notre voyage :)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 29 janvier 2013 dans Iran

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :