RSS

Les tunnels de Cu Chi

26 Mar

Un autre côté de la guerre du Vietnam et, rassurez-vous, pas aussi choquant que l’article précédent. Les tunnels de Cu Chi sont un des endroits où l’on peut se faire une idée des gigantesques réseaux souterrains creusés par les Vietnamiens pendant la guerre.

Ces tunnels servaient de cache, de moyens de déplacement ou d’approvisionnement, d’hôpitaux sur les champs de bataille, de caches d’arme et de quartiers de vie. La vie n’était vraiment pas facile dans ces tunnels : à part certaines « salles » où l’on pouvait s’asseoir et/ou se tenir debout, les tunnels eux-mêmes étaient souvent accessibles seulement à 4-pattes ou même à plat ventre. Ceux qu’on a visités nous permettait de se déplacer plié en deux mais sur nos deux pieds, mais ils ont été agrandis pour les touristes. Imaginez-donc à quoi ressemblait la vie de tous les jours avec ça !

Rajoutez-y les invasions de fourmis, de centipèdes venimeux, de scorpions, d’araignées, le manque d’eau et d’air… Après les blessures au combat, la malaria était la deuxième cause de mortalité chez les Viet Cong.

Et pourtant, imaginez ces tunnels : ils s’étendaient sur plus de 120 km ! Et ce n’est que ce complexe-ci, il y en a d’autres dans le pays. Pour les repérer, il fallait trouver de petits trous de 5cm de diamètre dans le sol de la forêt : c’était les trous d’aération, fabriqués à l’aide d’un bambou que l’on avait ensuite retiré. Apparemment, les chiens américains pouvaient les reconnaître à l’odeur…

Allez, on commence par la photo super touristique obligatoire : le type d'entrée/sortie dans les tunnels.En gros, c'est un trou d'un peu plus d'un mètre profondeur, qui s'évase dans le bas pour permettre de se mettre à genoux et de partir dans le tunnel...

Allez, on commence par la photo super touristique obligatoire : le type d’entrée/sortie dans les tunnels.
En gros, c’est un trou d’un peu plus d’un mètre profondeur, qui s’évase dans le bas pour permettre de se mettre à genoux et de partir dans le tunnel…

DSCN7212

Une autre entrée, je pense une du même type mais qui a dû s’effondrer. Comparez la taille du tunnel avec le groupe derrière…

Et au-dessus, la nature :)

Et au-dessus, la nature :)

Une fois recouvert de feuilles, il fallait vraiment avoir l'oeil pour repérer l'entrée des tunnels. Et être suicidaire pour vouloir s'y risquer si on était Américain !

Une fois recouvert de feuilles, il fallait vraiment avoir l’oeil pour repérer l’entrée des tunnels. Et être suicidaire pour vouloir s’y risquer si on était Américain !

A quatre pattes dans un tunnel :) Les courbes tous les quelques mètres permettaient de ne pas subir l'effet de déflagrations (genre si on y lançait une grenade) ou pour échapper aux tirs.

A quatre pattes dans un tunnel :) Les courbes tous les quelques mètres permettaient de ne pas subir l’effet de déflagrations (genre si on y lançait une grenade) ou pour échapper aux tirs.

En surface, les alentours étaient criblés de pièges : trappes en tout genre, mécanismes de pièges à loup, etc. Ici, évidemment, c'est tout simple mais drôlement efficace! Juste une planche de bois sur un axe central, qui bascule si on y met le pied... et pouf dans le trou !

En surface, les alentours étaient criblés de pièges : trappes en tout genre, mécanismes de pièges à loup, etc. Ici, évidemment, c’est tout simple mais drôlement efficace! Juste une planche de bois sur un axe central, qui bascule si on y met le pied… et pouf dans le trou !

Un autre type de piège, utilisé dans les maisons cette fois-ci : lorsque les GI fouillaient les villages, ils enfonçaient les portes. Ce système était accroché au plafond et était déclenché par l'ouverture de la porte. Si le GI réussissait quand même à attraper la partie supérieure d'une main, la partie inférieure était articulée et continuait donc sur sa lancée...

Un autre type de piège, utilisé dans les maisons cette fois-ci : lorsque les GI fouillaient les villages, ils enfonçaient les portes. Ce système était accroché au plafond et était déclenché par l’ouverture de la porte. Si le GI réussissait quand même à attraper la partie supérieure d’une main, la partie inférieure était articulée et continuait donc sur sa lancée…

Allez, c’est fini pour la guerre du Vietnam, on repassera à l’époque moderne pour les prochains posts ;)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 26 mars 2013 dans Vietnam

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :