RSS

De retour de Birmanie

23 Mai

23 mai 2013 (ouh, 28 ans depuis un mois !), et cela fait 11 jours que nous sommes rentrés de Birmanie. 11 jours que je me dis, allez, au blog ! Mais voilà, avec le boulot et aussi la pression de faire des posts longs & complets avec de belles photos, je ne m’y suis pas encore mise.

C’est que, dès le lundi de notre retour, j’ai attaqué un projet de traduction après l’autre, pour un total d’environ 13000 mots en 8 jours, sans week-end, avec à peine quelques heures de répit pour l’anniversaire de Ferdi. Mais ces 8 jours m’ont permis de compenser les 2 semaines parties à la conquête de la Birmanie, alors c’est parfait :) A quoi ça sert, d’être travailleur indépendant, si ce n’est pas pour créer ses propres horaires, profiter des opportunités lorsque ça nous arrange, et savoir quand faire des sacrifices pour pouvoir profiter de la vie à d’autres moments ?

La Birmanie : du 1er au 12 mai, avec Ferdi et, sur le dernier jour, avec Ratna, une amie de Singapour. 12 jours hors du temps, ou plutôt à plonger dans le passé. La Birmanie est un de ces pays où, à peine sortis de l’aéroport, on commence à perdre des années. Lorsqu’on quitte Yangon, c’est quelques décennies en plus qui tombent. Et puis, finalement, on arrive dans la campagne, où règnent les charrettes à boeufs, les pompes à eau et les puits communs, les coupures d’électricité, les socs sur les charrues, les minibus d’avant guerre, et autres faits de tous les jours qui semblent sortir tout droit des années 30. Ou 40. C’est pas vraiment que j’étais née…

On a fait un début très lent (comme je me remettais d’une crise d’intoxication alimentaire de la veille du départ), avec 6 heures de bus par ci, 6 heures de train par là, et 6 heures de minibus pour finir. De Yangon, direction le lac Inlé, où on a passé 4 jours. Puis détour par Bagan, la plaine aux milliers de temples, et retour rapide par la capitale le dernier jour. Curieusement, c’est presque difficile de choisir une ville qui nous a vraiment plus, parce que c’est le train et le minibus, et certains restaurants, qui nous ont vraiment marqués. L’hospitalité des gens est incroyable. C’est un des seuls pays où tout le monde vous fait un coucou de la main, comme dans les films. Renversant, et en même temps un peu intimidant.

Quelques photos pour vous faire patienter, je reviendrais sur des détails plus tard :)

Bagan, vue depuis le sommet d’un des temples : une région sèche parsemée de milliers de temples de briques rouges datant du 12è et 13è siècles

Le coucher de soleil vu depuis un autre temple

Le coucher de soleil vu depuis un autre temple

Le principal mode de transportation, après les "side-cars" des vélos brinquebalants : la cariole, tirée par son fidèle cheval. Celui-ci s'appelle Momo, et son conducteur a dans les 14 ans. Il nous a dit 17, mais vu sa taille, sa bouille, et son pote de 14 ans proclamés, on en a décidé autrement...

Le principal mode de transportation, après les « side-cars » des vélos brinquebalants : la cariole, tirée par son fidèle cheval. Celui-ci s’appelle Momo, et son conducteur a dans les 14 ans. Il nous a dit 17, mais vu sa taille, sa bouille, et son pote de 14 ans proclamés, on en a décidé autrement…

Des artisans travaillent à même le sol : sculpture de bouddhas et autres objets décoratifs en teck

Des artisans travaillent à même le sol : sculpture de bouddhas et autres objets décoratifs en teck

Les pentes du Mont Popa, un volcan éteint. On peut voir clairement la forêt pétrifiée (en blanc), couverte par les pierres tombées rapidement du volcan en éruption, suivies par une couche de cendres. Une autre éruption a reproduit le motif "pierres puis cendres" au-dessus. En tout cas, c'est ce que j'en ai déduit :p

Les pentes du Mont Popa, un volcan éteint. On peut voir clairement la forêt pétrifiée (en blanc), couverte par les pierres tombées rapidement du volcan en éruption, suivies par une couche de cendres. Une autre éruption a reproduit le motif « pierres puis cendres » au-dessus. En tout cas, c’est ce que j’en ai déduit :p

La plaine depuis le Mont Popa en direction de Bagan. Avec un peu d'imagination, on pouvait même voir l'Ayeyarwadi (le fleuve birman) au lointain.

La plaine depuis le Mont Popa en direction de Bagan. Avec un peu d’imagination, on pouvait même voir l’Ayeyarwadi (le fleuve birman) au lointain.

Le lac Inlé, un lac immense où se côtoient villages sur pillotis, bureau de poste & lignes électriques (oui, au milieu du lac), et parterres flottants de plants de tomates. Promis, je vous explique plus tard ;)

Le lac Inlé, un lac immense où se côtoient villages sur pillotis, bureau de poste & lignes électriques (oui, au milieu du lac), et parterres flottants de plants de tomates. Promis, je vous explique plus tard ;)

Style ninja. Il ne faudrait pas se prendre un coup de soleil sur le visage, non ? Par contre, vous auriez dû voir comment il a pelé sur les bras :p La première fois que ça lui arrivait apparemment héhé

Style ninja. Il ne faudrait pas se prendre un coup de soleil sur le visage, non ? Par contre, vous auriez dû voir comment il a pelé sur les bras :p La première fois que ça lui arrivait apparemment héhé

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 23 mai 2013 dans Birmanie

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :