RSS

Courir un marathon ? Fait !

16 Déc

Je pourrais bien vous dire qu’il m’a fallu 2 semaines pour sortir du lit après ce marathon, mais la réalité c’est plutôt que je me suis laissée entraîner par les Philippines :)

Arrivés à Singapour vendredi aprèm, on est passés par le centre de conférence Expo pour récupérer dossard et maillot, acheter une ceinture et récupérer quelques gels d’énergie pour la course. Autant dire que j’étais une gamine la veille de Noël… La semaine précédente, c’était la boule au ventre. Et là, de voir tous les coureurs, d’être si près du départ, ça a été l’adrénaline qui a commencé à monter.

Le samedi, on a récupéré Azeem, et j’ai passé mes repas à bouffer du riz. Tout le monde te dit « Accumule les sucres lents ! » (« Load on carbs! »), alors tu le fais. J’avais l’impression d’être enceinte de riz, sérieusement. Boire, boire, boire, manger, manger, dodo, s’étirer un peu, boire, manger. Et sentir l’impatience qui monte parce que, tant qu’à souffrir, autant que ça commence !

Réveil à 3h15 et, avec Azeem, on se dirige en métro vers la ligne de départ, sur Orchard Rd. Marée de bleu, des gens qui s’étirent partout, Azeem qui m’abandonne pour aller rejoindre le groupe des « Moins de 5h » en début de ligne. Je me retrouve toute seule, et j’ai peur. Alors je me suis concentrée sur ce que je savais faire : étirements, étirements, petits mouvements. Je n’ai même pas entendu le départ… On était tellement nombreux que le « départ » a juste ressemblé à « la foule se tasse vers l’avant, puis commence à marcher ». Et c’était parti !

Ligne de départ. Mon téléphone = qualité horrible :)

Ligne de départ. Mon téléphone = qualité horrible :)

Je dois avouer que la première moitié a été bien tranquille. Station eau tous les 3 kilomètres, où tu marches pour pas cogner dans tout le monde, un gel tous les 7 km en trottinant, et me voilà arrivée au kilomètre 21. Je fais une pause de 5 minutes, étire tout bien, et repars.

Ça a commencé à clocher au kilomètre 25. En même temps, avec 6 semaines d’entraînement et une distance max de 27 km, vouloir durer jusqu’au kilomètre 35 sans soucis, c’était un peu du rêve :) Je me suis encouragée en me rappelant que Ferdi m’attendait au kilomètre 30, pour s’insérer discrètement dans la course et courir les derniers 12 km avec moi. J’alterne, je marche, je cours, j’évite la trop grande majorité des gens qui se contentent de marcher. J’entends un autre coureur dire à un pote marcheur « Non, j’ai pas encore abandonné l’idée ». Moi non plus, je continue. Impossible de courir tout du long, mais au moins j’essaie de courir autant que je peux. Peut-être la moitié du temps ?

Arrivée au kilomètre 30, pas de Ferdi. Je marche jusqu’à la station banane, pas de Ferdi. Je lui envoie un sms, pas de réponse. Trop claquée, je reste assise 5 minutes et mange ma banane en silence. Quelques minutes plus tard, je l’appelle : la navette spectateur refusait de déposer les spectateurs sur cette longue partie (20 km aller-retour sur le bord de la plage) de la course et les avait tous déposés au km 35, où il m’attendait.

5 kilomètres de plus. Ouais, ben j’ai pleuré. Pas sa faute, mais j’ai pleuré pareil. Je pouvais continuer à marcher, mais j’avais besoin de réconfort, de quelqu’un que je connaissais, et là, ça a vraiment été dur.

Autant plus dur que, du coup, je devais me forcer de parcourir les 5km aussi « vite » que je pouvais. Ce qui m’a pris probablement une heure ou plus. Au lieu de le rencontrer à 9h au km 30, ça a été 10h30 haha. Les espoirs de timing: aux orties ! Le bas de ma cuisse droite a commencé à râler, en plus de mes genoux et hanches qui avaient déjà pratiquement arrêté de faire mal à force d’avoir mal (ça a du sens ?) et un petit ennui de santé que j’avais depuis la veille s’est empiré tout au long de la course. Ouais, c’était assez héroïque…

Et bref, j’ai fini par retrouver Ferdi, j’ai repleuré, et on a fini la course. Curieusement, au final, les km 35-42 n’ont été qu’une alternance de course et marche, comme avant, mais je savais que c’était la fin (7km, c’est rien !) et du coup, c’était relativement facile. Mais ces km 30-35 ont vraiment été dur.

Là, je viens de récupérer Ferdi depuis 500 m et j'essaie de la jouer "je suis pas fatiguée" :p Les photos officielles coûtaient 6€ l'une, donc j'ai décidé de les enregistrer avec les marques, on s'en fout que ça soit pas imprimable :)

Là, je viens de récupérer Ferdi depuis 500 m et j’essaie de la jouer « je suis pas fatiguée » :p Les photos officielles coûtaient 6€ l’une, donc j’ai décidé de les enregistrer avec les marques, on s’en fout que ça soit pas imprimable ou joli comme tout, ça reste des souvenirs :)

Et puis, faut bien montrer que j'ai souffert quand même (oui, j'ai censuré toutes les autres, j'ai l'air horrible sur toutes, c'est pas compliqué :p)

Et puis, faut bien montrer que j’ai souffert quand même (oui, j’ai censuré toutes les autres, j’ai l’air horrible sur toutes, c’est pas compliqué :p)

6h40 plus tard, je franchissais la ligne d’arrivée.

Toute seule, parce que Ferdi s’était fait jeté dehors 300 mètres auparavant :p

Les dernières foulées :)

Les dernières foulées :)

J'ai cherché une pose inspirante à faire alors que j'arrivais à 20m de la ligne et j'étais tellement claquée que je n'ai pensé à rien. Mon bras s'est levé tout seul...

J’ai cherché une pose inspirante à faire alors que j’arrivais à 20m de la ligne et j’étais tellement claquée que je n’ai pensé à rien. Mon bras s’est levé tout seul…

Merci monsieur l'inconnu :)

Merci monsieur l’inconnu :)

Ma médaille ! Celle-là, je la lâche pas :)

Ma médaille ! Celle-là, je la lâche pas :)

Et après 10-15 minutes de repos, j’ai dû me relever, et probablement remarcher 1,5 km de plus pour prendre le métro (debout…) et retourner à l’hôtel. Même prendre la douche, debout, c’était pas cool. Les seules positions ok, c’était assis et allongé, les pieds en l’air :p C’est pas tellement que ça faisait vraiment mal, mais c’était un sentiment d' »inconfortable » généralisé, et je n’arrivais pas à rester dans une position plus de 3 minutes.

Et ça m’a pris 2 jours à arrêter de boiter :) Et une semaine plus tard, deux jours de trekking ont eu raison de ma cuisse droite de nouveau, et je me suis remise à boiter de nouveau. On va la jouer prudent maintenant :)

Mais hell yeah ! J’ai fini un marathon avec 6 semaines d’entraînement !! :D

Résolution 2013 : done ! :)

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le 16 décembre 2013 dans Général

 

Étiquettes : , ,

Une réponse à “Courir un marathon ? Fait !

  1. domie29

    16 décembre 2013 at 21:43

    Elles sont belles tes photos ! Encore bravo pour cet exploit

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :